Etudes psycho-historiques du Roi Hérode

Print
Parent Category: Découvrir Category: choix de la bibliothèque

King Herod : a persecuted persecutor : a case study in psychohistory and psychobiography par Aryeh Kasher avec la collaboration d’Eliezer Witztum, traduit de l’hébreu par Karen Gold, Berlin New York : W. de Gruyter, 2007

Les études historiques sur le Roi Hérode sont nombreuses, mais les études psycho-historiques sont bien évidemment moins courantes. Deux chercheurs israéliens ont réalisé un livre très intéressant où la biographie et l’environnement historique du roi Hérode sont analysés du point de vue psychanalytique.

Aryeh Kasher historien de l’université de Tel-Aviv et Eliezer Witztum de l’université Ben Gourion du Négev ont élaboré leur recherche à partir d’une étude comparative incluant diverses sources historiques ; la première traverse les écrits de Flavius Josèphe que les auteurs considèrent comme ambivalents à l’égard du Roi Hérode, sans doute à cause des influences provenant des scribes royaux comme Nicolas de Damas, dont lroi_herolees écrits ne furent pas conservés. La deuxième source est la littérature talmudique qui dessine le portrait d’un roi cruel et assoiffé de sang. Ce point de vue serait en rapport avec les actions menées par le roi Hérode contre les tribunaux juifs religieux des Sages et l’annulation de l’autorité du Sanhedrin à Jérusalem pendant son règne. La troisième source historique de cette étude provient du christianisme antérieur au IVe siècle qui a également un point de vue négatif. Dans la tradition chrétienne Hérode est décrit comme un roi satanique, un antéchrist menaçant qui aurait ordonné l’assassinat des tous les nouveaux nés par peur de la naissance de Jésus, « Roi des juifs ». Le caractère problématique de sa personnalité était déjà perçu par les historiens, mais c’est seulement à partir du XXe siècle, inspiré par les travaux psychanalytiques de Freud, que les premières tentatives de discernement de la démence du roi Hérode furent décrites en termes médicaux avec un diagnostic psychiatrique. Hérode serait un paranoïaque avec d’autres troubles de la personnalité associés, comme des épisodes dépressifs récurrents survenus après l’exécution de son épouse bien aimée Marianne l’Hasmonéenne. D’après les auteurs, cette disparition aurait contribué à la détérioration de son état psychique et à la perte de sa capacité à avoir des jugements rationnels, avec un comportement guidé par des hallucinations persécutrices et conspiratrices qui l’ont conduit vers un état de folie vers la fin de sa vie.

Guila Cooper