Présentations de livres

Stefan Zweig, une idole déboulonnée ?

Imprimer
Catégorie parente: Médiathèque Catégorie : Présentations de livres

La Médiathèque Alliance Baron Edmond de Rothschild a accueilli Dominique FrischerDominique Frischer pour présenter son dernier livre Stefan Zweig, autopsie d’un suicide (Editions Ecriture).

Dominique Frischer, psychosociologue de formation, avait beaucoup utilisé les ressources de la Bibliothèque de l’AIU pour ses recherches sur le  Moïse des Amériques, son livre consacré au Baron Maurice de Hirsch en 2002 (Grasset). C’est au cours d’une conférence au Brésil sur ce livre que Dominique Frischer a découvert les sources qui éclairent les derniers mois de la vie de Stefan Zweig. Elle s’est demandé comment concilier l’adulation dont Stefan Zweig fait l’objet aujourd’hui, particulièrement en France, et les sévères critiques qui ont accompagné sa mort en pleine guerre mondiale, de la part de ses pairs écrivains qui lui reprochaient son manque d’engagement politique contre le nazisme.

 

L’hypothèse de Dominique Frischer est que Zweig n’est pas une victime directe de la répression nazie, mais plutôt qu’il a succombé à l’impossibilité d’assumer ses nombreuses contradictions. Profondément ancré dans son identité germanique et son attachement à la langue allemande, il n’a pas réussi à trouver la juste attitude par rapport au nazisme qui le confinait à sa judéité. Ajoutez à cela les douleurs d’un exil, même si Zweig n’a jamais connu de conditions de vie extrêmes, le mauvais accueil reçu par son livre au Brésil, la santé défaillante de Lotte,sa jeune épouse, qui était sensée lui apporter la joie de vivre, et sa tendance chronique à la dépression, et vous aurez  une partie du cocktail qui  l’a amené à son geste  fatal : se donner la mort et y entraîner sa femme, dans sa maison de Petrópolis au Brésil en 1942.

Ponctuée de lectures de textes de Zweig et de ses correspondants (Bernanos, Romain Rolland, entre autres) lus par Patrick Demerin et Daisy Amias, la conférence de Dominique Frischer a été enrichie des commentaires de de gauche à droite Patrick Demerin, Dominique Frischer, Daisy Amias et Dominique Bourel , grand connaisseur  des auteurs juifs allemands et autrichiens  ayant subi l’exil comme Zweig.

Le débat a été vif entre, d’une part,  les « déçus » de Stefan Zweig, qui ont réalisé l’humanité d’un auteur qu’ils identifiaient peut-être trop à son œuvre, toute de subtilité et de connaissance profonde de l’âme humaine, et d’autre part, les auditeurs qui ont reproché à Dominique Frischer son manque d’empathie pour le sujet de son essai.  A chacun de se faire son opinion en lisant ce beau livre, résultat d’une étude littéraire, historique, journalistique et psychologique  encore jamais tentée en langue française.

JCK

Monday the 16th. Joomla 2.5 Template © FreeTemplateSpot. Alliance israélite universelle